Retour sur le SPOC HF Management 2015 à HEC, sponsorisé par Orange

La holà pour les 28 étudiants d’HEC qui ont participé, avec le soutien d’Orange, à HF Management sur le SPOC Companieros : un coup de chapeau pour le score de 100% de labellisés.

SPOC HEC Orange 2015

Les étudiants ont pu étaler leur formation sur 6 à 8 semaines selon leurs emplois du temps : du contenu, des forums, des interviews et des échanges avec des spécialistes d’Orange et Companieros.

Sélection de verbatim

 « Tout ceci ne peut que conduire à mieux faire son propre métier, à être soi même plus compétent et même dans une plus grande mesure à être une plus belle personne. Merci pour cette formation plus qu’intéressante. » – Eliott.

 Les apports de la formation

« Cette formation m’a responsabilisée, et m’a éveillée. En me faisant rentrer dans le sujet, elle m’incite désormais à regarder ce qui se passe autour de moi avec un nouvel œil, plutôt que de prendre les choses comme acquises. » – Bérengère.

« Je pense être plus alerte sur cette question, et plus vigilant, car ces inégalités se créent de manière diffuse, implicite. (…). J’ai l’impression d’avoir gagné en maturité à propos de l’égalité HF, et d’avoir gagné en recul. » – Alphonse.

« Je pense que ma vie professionnelle sera modifiée après cette formation. En effet, je serai au courant des stéréotypes, et donc, serai plus apte à les combattre. » – Benjamin.

« Je me sens aujourd’hui obligé de donner mon avis, de m’engager, de réprimander mon entourage quand ils font ressortir dans leurs comportements des stéréotypes sexistes qui ne devraient même pas exister. » – Luc.

« Sans le vouloir ni le savoir, j’avais certains préjugés sur les femmes en entreprises. J’espère m’en être défait et surtout avoir le recul et la maturité nécessaires pour les appliquer à mes futures décisions personnelles et professionnelles. » – Pierre

« J’ai appris que j’avais une véritable capacité à m’étonner et à vouloir faire bouger les lignes. Je n’avais jamais eu l’opportunité de prendre part à une cause et cela m’a fait ressentir un très fort besoin de changer les mentalités. Je ne m’étais jamais vu comme un homme engagé auparavant. » – Antoine.

« Le parcours m’a donc permis d’épousseter certaines idées que l’on reçoit et accepte sans se questionner en raison du paysage dans lequel on évolue. J’ai donc appris que je pouvais être beaucoup plus dupe d’idées reçues que ce que j’imaginais. » – Bérengère.

« J’avais sans m’en rendre compte une image assez archaïque de la virilité et de la masculinité au travail (ambition, pouvoir, pas forcément de temps libre et encore moins de congé parental). » – Luc.

« Personnellement, (…) je pense que je serai plus ouvert pour recevoir certaines requêtes et plus sensible à certaines problématiques. » – Eliott.

« Ce thème est souvent abordé selon un seul angle de vue, celui des femmes, alors qu’il soulève bien d’autres interrogations. Cette formation m’a réellement permis d’approfondir ma vision de l’ensemble de ces notions. » – Jeanne.

« La formation SPOC a été pour moi l’occasion d’une interrogation sur l’équilibre de vie. Il faut considérer l’égalité professionnelle comme un défi posé à toute notre société et pas comme un problème de femmes. (…) En tant qu’acteur professionnel le principal changement que la formation m’apportera est à mon avis l’effort pour considérer chaque personne comme un talent particulier. » – Damien.

 

Apport spécifique pour les jeunes femmes :

« Je me rends également que je m’auto-censure énormément, notamment lorsqu’il s’agit de postuler à des offres de stage, convaincue que je n’ai pas les qualités nécessaires ou que ma place n’est pas ici. » – Capucine.

« J’ai réalisé que j’appréhendais la perspective d’être une femme dans un univers professionnelle compétitif et chronophage. Je redoute le présentéisme. Mais à la suite du spoc, je comprends que certaines entreprises sont soucieuses de l’équilibre vie pro/perso de leurs salariés et qu’il ne tient qu’à moi de faire le bon choix d’employeur. »- Christelle.

« Aujourd’hui, je pense qu’il est important d’inspirer des jeunes filles à ne pas avoir peur des métiers scientifiques, des postes à responsabilités afin d’enlever le maximum de préjugés qu’elles pourraient avoir sur elles-mêmes. » – Anaïs.

 

Un enseignement utile

« Si je me suis inscris à cette formation H/F Manager, c’est pour à la fois découvrir une problématique qui m’est étrangère (…) et pour couvrir une lacune dans nos programmes qui ne traitent pas de ce sujet. » – Pierre

« Je me suis essentiellement rendu compte de mon retard dans la compréhension de ces enjeux. Avec Companieros, j’ai pris conscience de mon déficit de connaissance et, l’ayant en partie comblée grâce à des données chiffrées, je me suis aperçu qu’il était primordial de réfléchir à de nouvelles matières de lutter contre. » – Thomas.

« Je me suis rendu compte d’une certaine ignorance des faits et des chiffres concrets, ainsi que de certains préjugés de ma part, alors que je me considère comme quelqu’un de plutôt progressiste et relativement informé sur ces problématiques. » – Jean.

« Au début de ce SPOC, j’avais le sentiment que ce sujet appartenait presque au passé (…) Ce sujet nous concerne tous, quelque soit le secteur dans lequel nous travaillons. Surtout, il est au cœur des questions de performance. » – Alphonse.

 

Des pistes pour faire bouger les lignes

Transmettre

« J’aimerais faire comprendre à mes proches que l’égalité homme-femme n’est pas simplement accessoire. (…) Oui ce débat n’avance pas, mais à cause de personnes qui ne veulent pas regarder la réalité en face et prendre la mesure des choses. » – Benjamin.

« Le message que j’aimerais transmettre sur l’égalité professionnelle est qu’il ne faut pas le considérer comme un problème de femmes. » – Luc.

« C’est aujourd’hui un devoir pour moi, après tous les éléments appris durant cette formation, de transmettre autour de moi ce savoir, de montrer à quel point cette réalité là connue de tous n’est pourtant la priorité de chacun alors qu’elle devrait l’être. » – Pierre.

 

Dialoguer, communiquer

« En réalité, toute approche sérieuse du sujet suffit – selon moi et selon mon expérience depuis que j’ai commencé la formation – à convaincre de s’impliquer quant à la question des inégalités homme-femme dans l’entreprise. (…) J’ai déjà pu avoir trois conversations de ce type avec des profils très variés et à chaque fois, je me suis rendu compte que, simplement forcer les gens à regarder la question avec sérieux changeait beaucoup leur approche et même leurs choix liés à cette question. » – Luc.

« Jusqu’à aujourd’hui, comme beaucoup, je me contentais de rire de ces préjugés, de les caricaturer. Aujourd’hui, j’apprends à les regarder en face pour agir en fonction. Par exemple, au sein de mon association à HEC, je milite pour obtenir la parité du conseil d’administration, qui est pour moi un beau symbole de prise de conscience de l’importance de ce sujet. Me remettre en question et aider les autres à faire de même, voilà pour moi les changements principaux que cette formation m’a apporté. » – Pierre.

« Osez ! Pour moi l’un des plus grands tabous à l’origine des inégalités homme/femme est le manque de communication qui conduit à se satisfaire d’une situation qui est le résultat d’une accumulation d’inégalités historiques. » – Eliott.

« Le meilleur moyen de lutter contre les inégalités hommes femmes au travail, c’est d’abord d’apprendre à écouter et ne surtout pas penser à la place des gens sans connaître leurs envies ou ambitions. Le dialogue est certainement la clef du succès. » – Jimmy.

« J’essaierai de montrer aux femmes qu’elles peuvent être ambitieuses et l’assumer, et aux hommes qu’ils peuvent avoir envie de privilégier leur vie privée. » – Luc.

« Avant cette formation, je me sentais concernée par le sujet, mais je me disais que je ne pouvais rien y faire tant que je ne serai pas entrée dans la sphère professionnelle. Cette formation a donc changer mon point de vue à ce propos, et je pense avoir le devoir maintenant se sensibiliser mon entourage. » – Jeanne.

 

Agir

« En un mot mon message serait : agir, agir pour que l’égalité professionnelle ne soit plus une préoccupation secondaire, agir pour que le sujet ne soit pas quelque chose avec lequel on est simplement d’accord, mais quelque chose pour lequel on s’engage. » – Pierre.

« La mixité consiste selon moi à mobiliser tous les acteurs sur un sujet en dépassant la seule question de genre pour devenir une force et un intérêt commun. » – Luc.

« Je pense qu’il s’agit principalement d’agir sur le long terme : c’est par une action de tous les jours que l’on agit sur l’égalité professionnelle, il n’y a pas de mesure miracle mais il faut constamment faire l’effort – si tant est que cela soit un effort – d’œuvrer en faveur de cette égalité. » – Rémi.

« J’ai donc envie de ne plus laisser passer certaines remarques, même qui se veulent anodines, sur la place des femmes en entreprise. » – Nathaniel.

« Le débat qui se joue ne m’apparaît plus comme une formalité législative mais comme un réel enjeu de société, me rendant réellement partie prenante, aussi bien dans ma façon de m’exprimer que dans les décisions que je serai amenée à prendre. » – Jeanne.

« D’un point de vue professionnel, j’ai décidé d’accepter de témoigner et de partager mon vécu auprès des réseaux qui essayent de créer et d’implanter une stratégie efficace et productive pour la parité dans les plus hautes sphères, dans le but d’impacter positivement l’ensemble de l’entreprise. J’espère désormais pouvoir apporter ma pierre à l’édifice ! » – Anaïs.

No comments yet.

Laisser un commentaire

douze − dix =